Accueil

HORIZONS
DU 8 JUILLET AU 26 AOÛT 2017


Mathieu Cardin
Andréanne Godin
Tristram Lansdowne
Sara A. Tremblay
Jim Verburg
Jacob Whibley

reciprocal symmetry (narrative zilch tool)
Jacob Whibley, reciprocal symmetry (narrative zilch tool), 2012, papier brûlé, 19.5 x 28 cm.

 

e

Nouvelle représentation :

La Galerie Nicolas Robert est heureuse d’annoncer la représentation de Carl Trahan. Vous pouvez actuellement voir son travail dans l’exposition Carl Trahan. Parce qu’il y a la nuit au Musée national des beaux-arts du Québec, où une vingtaine d’œuvres ont été rassemblées dans le cadre de cette première exposition individuelle dans une institution muséale. Jusqu’au 24 septembre 2017.

MNBAQ_HR

Originaire de Montréal, Carl Trahan travaille depuis quelques années à transposer la traduction dans les arts visuels. Il s’intéresse notamment au mouvement même de la traduction, tel que décrit par Antoine Berman, soit un mouvement partant du même (le connu, le quotidien, le familier) pour aller vers l’étranger (l’inconnu, le merveilleux, l’Unheimliche). L’impossibilité d’obtenir un double parfait dans ce processus le conduit à réfléchir sur l’image et sa reproduction de même que sur la part de création qu’implique ce procédé de transcodage. Il recourt régulièrement au dessin dans sa pratique — avec l’intention, notamment, de faire des rapprochements avec l’écriture — mais utilise également d’autres techniques, dont le néon, l’objet et l’installation. À partir de 2011, il introduit une dimension historique à son travail, qui porte depuis un regard sur le passé sombre de l’Europe. S’il s’est intéresse, par exemple, au national-socialisme et au fascisme et sur leurs origines au XIXe siècle, son plus récent corpus concerne la période comprise entre le début de la deuxième révolution industrielle et la Première Guerre mondiale.

 

Comments are closed.